Requiem de Mozart

Requiem de Mozart

Jean-Luc IFFRIG et son chœur Hortus Musicalis reviennent en l’église protestante de Haguenau, samedi 11 novembre 2023 à 17h, avec au programme le Requiem de Mozart, en version piano à quatre mains et chœur.

La messe de Requiem en ré mineur, KV 626, composée en 1791, a suscité de nombreuses légendes, tant du fait des circonstances insolites de sa commande que de la difficulté de distinguer exactement ce qui était ou non de la main de Wolfgang Amadeus Mozart. En tout cas, cette œuvre fut son ultime chef-d’œuvre.

Au cours de l’année 1791, Mozart reçut la commande d’un Requiem de la part de plusieurs intermédiaires anonymes, agissant pour l’excentrique comte Franz de Walsegg, alors qu’il était sur le point d’achever La Flûte enchantée. La moitié de la récompense était jointe à la commande. Le contrat fut accepté, Mozart étant à ce moment surendetté, et assurément motivé par le projet.

Au fur et à mesure que la composition avançait, la santé de Mozart se dégrada. Et à sa mort, le 5 décembre 1791, il en avait uniquement écrit les deux tiers. La veuve de Mozart, Constance Mozart, tenait beaucoup à ce que l’œuvre fût achevée, une des raisons étant de ne pas devoir rembourser l’avance et d’obtenir la seconde moitié du paiement. Elle confia donc la tâche de terminer le Requiem à d’autres compositeurs, principalement des élèves de Mozart, Franz Xaver Süßmayr et surtout Joseph Eybler (très apprécié de Mozart), qui se sont acquis de leur tâche en tenant compte des notes laissées par le maître. Dans une lettre du 31 mai 1827, Constance Mozart raconte sa « vraie histoire du Requiem » : elle affirme que jamais Mozart n’aurait eu l’idée de composer une messe des morts si on ne la lui avait pas commandée à cette époque. Et qu’il était ravi puisque la musique d’église était « son genre de prédilection ».

Malgré l’histoire complexe entourant son origine et sa publication, le Requiem est la première grande œuvre de musique sacrée de Mozart à être imprimée. Elle jouit d’une popularité constante. Elle devint précocement l’exemple type du « sublime » dans la musique. Dès le début du XIXe siècle, le Requiem devint aussi, dans les régions germanophones, et bientôt au-delà une sorte de « composition d’État » et fut joué notamment lors des funérailles de personnages célèbres ou de musiciens.

L’œuvre a été conçue par Mozart pour quatre solistes (soprano, alto, ténor et basse), un chœur à quatre voix et un orchestre symphonique réduit. Dans la version que propose l’ensemble Hortus Musicalis, l’orchestre est remplacé par un piano à quatre mains (deux pianistes).

Lilia DORNHOF, soprano

Laura PHELUT, alto

Stephan OLRY, ténor

Jean MOISSONNIER, basse

Gilad KATZNELSON, piano

Dmitry ABGOLIN, piano

Jean-Iffrig, direction

Billets 16 € :

Art du vin, 13a route de Strasbourg, Haguenau

Boutique Alexandre, 11 rue du Général Gérard Haguenau

Achat en ligne : tinyurl.com/HortusMozart

Caisse du soir :

18 €, réduit 12 €, gratuit moins de 16 ans

Samedi 11 novembre 2023 à 17h, église protestante de Haguenau, place Albert Schweitzer.

 

Quand : Le 11 novembre de 17h00 à 18h00 Où : Eglise Protestante Qui : Tout public Combien : 16 Site internet : http://tinyurl.com/HortusMozart Sur inscription : http://tinyurl.com/HortusMozart